DESCARTES AU PANTHEON
DESCARTES AU PANTHEON

Au Cinema

Do I exist : a riddle est un court métrage indien de Dhruva Harsh (2019). Il se veut une synthèse de la philospohie cartésienne et des principes du boudhisme en explorant la vie aprés la mort.

Le film "Blade Runner" de Ridley Scott (2007) a donné lieu à des lectures descartiennes (voir en particulier http://br-insight.com/2000/07/16/what-defines-human/). Le nom du personnage principal Deckard (interprété par Harrison Ford) n'est pas sans rappeler celui du philosophe.

Dans le film ''L'ivresse du pouvoir'' de Claude Chabrol (2005) inspiré par l'affaire ELF, l'intrigant sénateur du Nord interprété par Jacques Boudet s'appelle Descarts. Rien à voir avec le philosophe : C. Chabrol explique que Descart(e)s doit faire penser à Pascal dont le nom évoque celui d'un sénateur des Hauts-de-Seine composé lui aussi de deux syllabes (voir www.cineclubdecaen.com/realisat/chabrol/ivressedupouvoir.htm)

Le film Matrix (1999) a fait l'objet de nombreuses analyses et interprétations. Il fait l'hypothèse que le monde dans lequel nous vivons n'est qu'une illusion. Le rapprochement avec l'oeuvre de Descartes est alors évident, en particulier le Discours de la Méthode.  Le philosophe y affirme « qu’il faut se méfier de ce que l’on accepte comme une réalité » et nous demande de ne plus faire confiance à nos sens pour ressentir et définir ce qui nous entoure.

Voir: www.laterreenthiers.org/cinema/la-philosophie-dans-matrix/

Le film Mindwalk (1990) tourné par Bernt Capra est une adaptation du livre 'The Turning Point' de son frère, le physicien Fritjof Capra. Il questionne la vision cartésienne du monde : l’homme et l’univers peuvent-ils être compris à partir des éléments simples qui les composent?

La vision de Capra, par opposition, se veut plus holistique et croit que l’homme doit être compris dans son intégralité.

 

La vie de Descartes a fait l'objet en 1973 d'un film réalisé par Roberto Rossellini ; Cartesius. Il est emblématique de la seconde partie de la carrière du réalisateur qui à partir de 1961 se consacre principalement à la télévision. "(Elle) touche des millions de téléspectateurs. Il est donc absurde de maintenir une division entre cinéma et télévision. Ce sont deux moyens de diffusion différents, voilà tout." déclarait-il. Cette démarche est appuyée par des cinéastes comme Jean-Luc Godard.

Le film de Rossellini fait suite à un Blaise Pascal réalisé en 1971. Mais alors que celui-ci se termine sur la mort du philosophe, Rossellini s'intéresse à Descartes pendant la période qui va de ses études à La Flèche jusqu'à la publication de la version française des Méditations Métaphysiques. Le réalisateur était frappé par l'ambivalence du philosophe, une personne qu'il jugeait paresseuse mais capable d'une pensée extraordinaire.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© LES AMIS DE RENE DESCARTES